Les sportifs cyclistes sont fortement susceptibles de connaître un tel phénomène. S’ils peuvent s’équiper de certaines protections spécifiques, celles-ci ne pourront jamais être aussi efficaces que celle proposée par la carrosserie des voitures.

Néanmoins, en voiture, le risque de détérioration auditive existe également, notamment si vous réalisez des courses de vitesse, sur des circuits par exemple, ou en rallye, nous explique la spécialiste Martine, qui a travaillé pour le laboratoire auditif Audioprothésiste Raincy. Il est évidemment illégal de réaliser des « runs »e vitesse sur les axes routiers classiques, quels qu’ils soient.

Douleur de l’oreille et psychologie

oreille

Au fur et à mesure que nous conduisons à la suite de l’obtention du permis, nous prenons tous plus ou moins l’habitude d’ouvrir la fenêtre, probablement par souci de confort. Certains argumenteront plutôt pour expliquer que la voiture a tendance à créer une extension de son propre corps, une sorte de « bulle » psychologique, et gêne alors la concentration du conducteur. Même si ce point de vue est largement compréhensible, une grande distance avec la fenêtre ouverte, en plus d’augmenter considérablement la consommation de carburant (à plus forte raison encore lors d’une course de vitesse), peut rapidement créer une douleur au niveau du conduit auditif ( voir http://www.oreillemudry.ch/l’otite-externe-oe/ )

Le corps étant bien fait, la douleur représente un signal important nous expliquant que nous sommes en danger et faisant alors parfois intervenir notre instinct de survie. Limiter l’ouverture des fenêtres est donc une première solution pour protéger ses oreilles.

Certaines entreprises spécialisées proposent ainsi de fournir aux amateurs de voiture et de grande vitesse, différents bouchons d’oreille protecteurs. Ces bouchons peuvent répondre à trois problématiques. Il vous faudra ainsi choisir entre des produits confortables, des bouchons anti-bruit pour la route et le rallye, ou encore des bouchons destinées aux pilotes et aux « gros rouleurs ».

Des conseils supplémentaires

 

Sinon, il est aussi possible d’opter pour des oreillettes d’une plus grande qualité, cependant, si celle-ci est meilleure, le coût du produit concerné, est, lui aussi, relevé : à vous de voir si vous souhaitez favoriser la polyvalence ou le confort.

Si vous persistez à ne pas protéger vos conduits auditifs, malheureusement, votre audition risque de se dégrader progressivement et peut vous amener à la surdité. Nos cinq sens sont précieux, alors mieux vaut apprendre à les conserver le mieux et le plus longtemps possible.

Si vous faites régulièrement des sports mécaniques où la vitesse est maître des lieux, veillez à consulter régulièrement votre médecin afin que celui-ci puisse vous indiquer là où vous en êtes, et faire en sorte d’améliorer vos capacités auditives.

De plus, les troubles auditifs peuvent grandement nuire à votre concentration et gagner la course risque alors d’être plus difficile que prévu.

Les différents niveaux d’audition

 

Une perte moyenne de vingt décibels correspond à une audition normale. Lorsque celle-ci atteint les 40 à 70 décibels, on peut alors parler de malentendance, et de surdité, lorsque cette perte se situe entre 70 et 120 décibels. Dans ce dernier cas, il faudra alors s’équiper d’un appareil adapté et effectuer une rééducation. A ce stade, les courses de vitesse vous sont fortement déconseillées, à moins qu’elles ne soient entièrement prohibées par les organisateurs des courses.